L'association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois

< Accueil
Le granulé à usage collectif et professionnel
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest Partager par email

Le granulé à usage collectif et professionnel

Historique

Synthèse de l'étude CIBE : Perpectives d'usages du granulé de bois comme combustible dans les secteurs collectif, tertiaire et industriel

Des exemples concrets d'installations au granulé dans le collectif

Témoignages

Lien blog

 

 

On assiste aujourd’hui à une montée en puissance du granulé dans les bâtiments collectifs. L’étude réalisée en 2011 par le Comité Interprofessionnel du Bois Energie (CIBE) porte aujourd’hui ses fruits !

Les maîtres d’ouvrage étudient de manière plus spontanée la solution "granulé", solution qui sait se positionner grâce à des arguments forts dans un grand nombre de cas, notamment pour des installations de moins de 500 kW, à forte intermittence et disposant de peu d’espace de stockage ou d’un accès contraint.
Même si ce marché est encore modeste, il devrait connaître une forte croissance en Europe pour atteindre les 5 millions de tonnes d’ici 2020.

 

Historique

On l’oublie trop souvent, mais la France a été dans les années 80, avec les Etats-Unis, un pays pionnier dans le développement du granulé de bois pour le chauffage. En Lozère, dans le Doubs ou en Isère par exemple, des bâtiments de logements collectifs, des hôpitaux… ont été équipés. À l’époque, peu automatisés et demandant un suivi important, ces produits n’ont pas eu le temps de se perfectionner : après le contre choc pétrolier, la majorité des projets ont été abandonnés et les chaudières ont été réalimentées en combustible fossile. A partir de 2001-2002, le marché du granulé repart dans un contexte européen complètement nouveau. De très nombreux pays produisent du granulé et les chaudières à granulés importées en France ont fait des progrès techniques très importants : confort d’utilisation, sécurité, performance. Les chaudières installées le sont alors principalement dans le domestique, en remplacement de chaudières fuel ; elles sont, en général, de petite puissance, inférieure à 50 kW. Puis, progressivement le marché du collectif évolue avec le développement de nouveaux produits dédiés aux granulés, capables de générer de 50 à 250 kW de puissance, spécialement adaptés aux collectivités, logement, hôtellerie, entreprises, châteaux…

Aujourd’hui, des constructeurs proposent des chaudières spécifiques granulés jusqu’à 1 MW de puissance et si, pour des raisons économiques mais souvent culturelles et idéologiques, le bois déchiqueté est plus préconisé pour le chauffage collectif et tertiaire, la solution granulé de bois apparaît dans certains cas comme une alternative à étudier impérativement de près !

Synthèse de l’étude CIBE :  Perspectives d’usage des granules de bois comme combustible dans les secteurs collectif, tertiaire et industriel


Une étude approfondie sur les opportunités d’usage du granulé de bois dans les chaufferies de moyenne puissance a été réalisée en 2011 par le CIBE, (Comité Interprofessionnel du Bois Energie) pour le compte de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), du Syndicat National des Producteurs de Granulés de Bois (SNPGB), et de la Direction Régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) des Pays de Loire.
L’étude avait pour objectif de clarifier et d’optimiser les conditions économiques de montage de projets de chauffage à granulé de bois dans le secteur collectif, tertiaire et industriel.
Elle a consisté à modéliser, à partir de cas concrets de chaufferies de 80 à 500 kW, des cas types sur lesquels on a fait varier le prix des énergies, l’intermittence et la puissance de la chaudière bois. La démarche a permis de définir des cibles potentielles et d’aider les organismes financeurs à orienter leurs aides.

L’étude rappelle les atouts et les contraintes du chauffage au granulé du bois.

Sur le plan technique :

  • Le granulé est un combustible homogène, de qualité régulière, de forte densité et d’une grande fluidité.
  • Les espaces de stockage sont réduits d’un facteur 4 environ, à autonomie constante, par rapport à ceux nécessaires au bois déchiqueté (1 m³ de granulés contient 3 à 6 fois plus d’énergie qu'1 m³ de plaquettes selon le taux d’humidité de la plaquette).
  • Les systèmes d’alimentation automatiques sont plus simples.
  • Les chaudières aux granulés présentent une plus grande flexibilité d’usage (régulation, taux de charge minimum…).


Sur le plan environnemental :

  • Le granulé est un combustible bois d’origine renouvelable.
  • La combustion des granulés émet moins de cendres et moins de poussières dans les fumées que le bois déchiqueté.
  • Du fait de la densité énergétique du produit, l’alimentation d’une chaufferie aux granulés nécessite moins de livraisons qu’une chaufferie identique au bois déchiqueté.

Sur le plan économique :

  • Du fait de la plus grande compacité des installations et de leur simplicité, les investissements à engager sont généralement inférieurs à ceux engagés pour le bois déchiqueté.
  • Les frais de maintenance sont généralement moins élevés grâce notamment à la compacité des équipements et à la simplicité des matériels.
  • Le granulé est en revanche un combustible plus manufacturé dont le prix d’achat ramené à l’unité énergétique est plus élevé que celui du bois déchiqueté.

Plusieurs paramètres ont été analysés pour établir ces conclusions :

  • Analyse du dimensionnement thermique de l’exploitation en fonction de la fréquence de l’utilisation de l’installation.
  • Analyse de la structure de la facture énergétique en coût global (achat d’énergie, charges d’électricité, entretien courant, réparations des installations, financement des ouvrages) en fonction des différentes solutions utilisées (comparaison avec le gaz, le fioul et le bois déchiqueté).
  • Analyse de la pertinence du granulé selon les typologies des bâtiments en fonction du prix du granulé et des besoins thermiques.
  • Analyse de l’efficacité environnementale des aides publiques.

Les conclusions de l’étude font ressortir deux points forts :

Efficience environnementale de l’aide publique :

À quantité d’énergie renouvelable produite équivalente, une chaufferie aux granulés nécessite un recours moindre à l’aide publique qu’une chaufferie aux plaquettes.

Pertinence du granulé de bois dans un grand nombre de cas :

  • Dans les bâtiments de « petite taille» (moins de 1 000 MWh de consommation annuelle), le granulé offrant une solution souvent plus simple et plus fiable
  • Dans les bâtiments à forte intermittence de besoins en chaleur, du type scolaire et tertiaire
  • Dans des ZAC de logements dont la construction est étalée dans le temps
  • Pour des chauffages d’appoint sur un réseau de chaleur bois plaquettes
  • Dans des sites à fortes contraintes (contraintes de livraison ou d’implantation).

PRECONISATIONS :

« Il convient d’encourager les maîtres d’ouvrage à étudier la solution du chauffage collectif aux granulés de bois, en alternative aux plaquettes (chaufferies dédiées sur les bâtiments scolaires ou tertiaires de petite taille) ou en complément (réseaux de chaleur, créations de ZAC) » Conclusion rapport ADEME.

Précisions utiles : Les prix de référence de chaque énergie sont appelés à évoluer mais l’étude pose toutefois les bases générales d’une comparaison. Attention, cette étude ne se substitue pas aux études technico-économiques nécessaires à chaque projet.

Des exemples concrets d’installations au granulé dans le collectif

Lycée de Beaune 
Réseau de Chaleur à Saint Bonnet le Château 
Logement collectif à Saint Brice en Cogles 
Bureaux et logement à Saint Aubin d'Aubigné
Bâtiment commercial et logements à Wissemburg 
Industrie à Ambérieux
Logement collectif à Cesson 
Logement collectif à Grigny
Centre de vacances aux Arcs
Hôtel aux Carroz d'Araches
Mairie et salle de spectacles à Dieulefit
Hôtel aux Molunes

Témoignages 

Jean-Marc Bertrand,  Dalkia :“Même si au sein de Dalkia, le granulé de bois ne représente aujourd’hui qu’1 % du million de tonnes de biomasse acheté, il trouve de plus en plus sa place dans les petites installations collectives. Il possède en effet des arguments forts : un génie civil simple, un combustible optimisé, des installations compactes et modulables, un confort d’exploitation et de maintenance, une réponse adaptée en milieu urbain (contraintes) à la sévérité réglementaire en terme de rejets.”

Abdselem Messabhia , OPAC38 :“L’OPAC 38 compte 24 500 logements sociaux. La solution “granulé” est facilitante pour le génie civil, la voirie et l’approvisionnement. De plus, le bois séduit les communes car il est moteur de croissance des filières locales !”

Gérard Mai,  Elu de la commune d’Ambert, chauffage de 3 bâtiments (Complexe sportif, collège, lycée et gymnase): “Ce type de projet, présente différents intérêts notamment le gain d’énergie obtenu grâce à la mutualisation (réseau de chaleur) et l’amélioration du rendement par l’utilisation d’un combustible avec un taux d’humidité faible”.

Pierre Casini, Projet collectif Avoriaz “L’objectif consistait à répondre à une adaptation en volume et qualité d’énergie dans une station de sport d’hiver. Un certain nombre de contraintes était à prendre en compte pour l’installation de cette chaufferie : optimiser le nombre de livraisons, assurer la continuité de service en cas d’intempérie et intégrer la construction dans le paysage. Le granulé s’est imposé comme la solution la plus adaptée."

 

 

 

Propellet

Propellet est une association regroupant des professionnels exigeants qui oeuvrent pour la satisfaction globale et durable des utilisateurs de chauffage au granulé de bois.