L'association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par email

L'année 2020 : le marché du granulé en 5 actes

2020 fut une année forte en émotions. Un scénario en 5 actes pour la filière du chauffage au granulé de bois sans compter le coup de théâtre final !

ACTE I - Début 2020, lancement de « MaPrimeRénov’ » … La filière se réjouit ! Les chiffres sont très positifs, les consommateurs sont largement prêts à passer aux EnR. 
Scène 1 : Les chiffres de "MaPrimRénov" sont trés positifs
Scène 2 : Les consommateurs sont largement mûrs pour choisir une EnR

ACTE II - Crise sanitaire, confinement : filière à l’arrêt sauf pour les distributeurs et producteurs de granulé de bois dont l’activité se maintient.

ACTE III - Déconfinement, reprise globale surtout pour la vente de chaudières mais difficultés importantes sur le terrain (dossiers d’aide et qualification). Propellet et le SFCB s’engagent pour apporter des améliorations.
Scène 1 : Forte hausse des ventes d'appareils et plus particulièrement des chaudières
Scène 2 : Galère sur le terrain pour les dossiers d’aide de l’ANAH et les renouvellements de la qualification RGE pour les pros. Propellet et le SFCB s’engagent pour apporter des améliorations

ACTE IV - Espoir puis déception suite à l’annonce du Plan de relance pour les 9ème et 10ème déciles (pas d’aides pour les appareils de chauffage.)

ACTE V - Deuxième confinement : une grande majorité des pros sur le terrain sauf les commerces accueillant du public (âtriers) doivenr restés fermés.
Les incertitudes subsistent pour le début d’année 2021. L’activité sur 2020 n’a globalement pas fléchi. 

Coup de théâtre : Annonce inattendue du Gouvernement sur la fin du gaz dans les logements neufs dans le cadre de la future Réglementation Environnementale 2020. De nouveaux défis pour la filière du granulé de bois prête à œuvrer. Un regain d’optimisme pour les acteurs du secteur !


ACTE I : Lancement de « MaPrimeRénov’ » 8 janvier 2020 … La filière se réjouit et les premiers résultats sont très positifs

La filière du chauffage au granulé de bois se félicite de cette aide car elle a apporté un vrai soutien à de nombreux ménages qui ont pu faire le choix du chauffage au granulé.

Scène 1 - Les chiffres de « MaPrimeRénov’ » sont très positifs

A la mi-novembre, le site Internet du nouveau crédit d’impôt « MaPrimeRénov’ » a enregistré 1,5 million de visiteurs. 140 000 dossiers ont été déposés depuis le 1er janvier 2020 !

Ces mesures portent leurs fruits malgré le retard pris sur les de traitement des dossiers MaPrimeRénov’. La hausse des ventes de chaudières au granulé (qui bénéficie des aides les plus importantes) prouve que cette mesure gouvernementale va dans le bon sens. 

En effet, la chaudière au granulé de bois est particulièrement adaptée pour remplacer la chaudière au fioul. Elle fonctionne de la même manière (chauffage + eau chaude) et elle utilise une énergie propre, locale et économique. Elle apporte assurément performance et confort.

Scène 2 - Les consommateurs sont largement mûrs pour choisir une EnR

Difficile de changer d’énergie, pourtant cet engouement prouve incontestablement que les citoyens ont besoin d’un petit "coup de pouce" pour passer le cap.

ACTE II : Crise sanitaire, premier confinement (17 mars) : filière à l’arrêt sauf pour les distributeurs et producteurs de granulé de bois dont l’activité se maintient

La plus grande partie des professionnels ont dû cesser d’exercer leur métier, à l’exception des distributeurs et producteurs de granulé de bois (l’énergie étant un bien de première nécessité) pour qui l’activité s’est portée correctement. Peut-être, certains consommateurs en ont-ils profité pour faire le plein ? Difficile encore d’en tirer des conclusions.

ACTE III Déconfinement, reprise globale de mai à octobre mais difficultés importantes sur le terrain

Scène 1 : Forte hausse des ventes d’appareils, et plus particulièrement des chaudières

Le post-confinement a signifié un intense retour à l’activité pour bon nombre de métiers. Il y a eu une conjonction de facteurs très favorables pour le chauffage au granulé de bois : le désir ardent et conscient des ménages à consommer mieux, naturel et local, l’envie d’améliorer son habitat et l’accès aux nouvelles aides.

Ceux qui ont le plus bénéficié de cette situation sont les fabricants de chaudières. En effet, les aides sont largement venues booster les chiffres puisque pour les ménages les plus modestes, l’aide peut s’élever à 10 000 € (MaPrimeRénov’) + 4000 à 5000 € (Coup de pouce CEE).

Les ventes de chaudières au granulé de bois ont donc affiché plus de 40% d'augmentation sur le premier semestre 2020. Le 3ème trimestre semble plus contrasté ramenant plutôt à un « + 10% » de hausse par rapport à 2019.

Pour les poêles au granulé de bois, la situation est moins satisfaisante. Il devrait y avoir un léger retrait des ventes par rapport à 2019. Le démarrage de l'année a été difficile, mais l'activité est remontée après le déconfinement. L’actuel re-confinement avec la fermeture des commerces, et notamment des âtriers, ne favorise pas la conjoncture. Le volume des ventes devrait tout de même atteindre les 130 à 140 000 pièces pour l'année.

Quant aux installateurs, maillon essentiel de la chaîne, le retour a été « chaud ». Ils ont dû rattraper les chantiers en retard, répondre aux nouvelles demandes sans compter les difficultés administratives auxquelles ils ont dû faire face.

Scène 2 : Galère sur le terrain pour les dossiers d’aide de l’ANAH et les renouvellements de la qualification RGE pour les pros. Propellet et le SFCB s’engagent pour apporter des améliorations

La Ministre déléguée chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, parlait « d’année inédite », en effet !

Difficile de suivre la cadence sur le terrain. En cause : le traitement des dossiers d’aides et la qualification RGE. Propellet, l’association nationale du chauffage au granulé de bois et le SFCB, Syndicat Français des Chaudières Biomasse, se sont rapidement emparés du sujet. Même si tout n’est pas encore rentré dans l’ordre, l’ANAH a pris des mesures pour raccourcir les délais de traitement des dossiers et Qualit’EnR a assoupli les règles de renouvellement de la qualification en prolongeant la validité des qualifications jusqu’au 31 décembre 2020.

ACTE IV - Espoir puis déception suite à l’annonce du Plan de relance (pour les aides aux 9ème et 10ème déciles). Plus de citoyens engagés = plus de chance d’atteindre l’objectif !

L’annonce par le Gouvernement d’un Plan de relance de 30 milliards d’euros pour la transition énergétique, le 3 septembre dernier, laissait présager que les 9ème et 10èmedéciles seraient réintégrés. Finalement, cette tranche de ménages qui représentait 50% du CITE ne bénéficiera pas d’aide pour l’achat d’un appareil. Déception pour la filière.

L’objectif n’est-il pas qu’une majorité de citoyens fassent le choix d’une énergie renouvelable pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ?

ACTE V - Deuxième confinement : la plupart des pros sur le terrain

La rentrée de septembre a été très positive, ce qui a permis d’espérer rattraper le retard par rapport à 2019, mais le deuxième confinement a apporté son nouveau lot de sensations fortes pour les entreprises. La bonne nouvelle pour le secteur : la majorité des professionnels ont pu poursuivre leurs activités (producteurs et distributeurs de granulé de bois, installateurs de poêles et/ou chaudières à granulé de bois, fabricants d'appareils, professionnels maintenance et SAV des appareils). Seuls les commerces accueillant du public (les âtriers) ont dû rester fermés.

Le trafic pour les distributeurs a été relativement calme pendant cette période, mais l’année n’est pas tout à fait terminée. Le froid a mis du temps à arriver. On peut aussi imaginer qu'une partie des consommateurs aient fait le plein pendant la première période de confinement.

Au niveau de la production, les stocks de granulé de bois sont élevés, notamment dans plusieurs pays d’Europe comme l’Allemagne et l’Autriche. L’Italie, qui consomme à elle seule 3 millions de tonnes, a ralenti ses achats et donc les exportations françaises. Même si le marché hexagonal reste sur un modèle d'autosuffisance avec une part assez faible d'export, cela influence les échanges.

La production française a progressé (+10% depuis juin) et est prête à fournir pour cet hiver et les suivants.

Pour les installateurs et âtriers, en cette période de pleine activité, l’enjeu est double : rattraper le retard des chantiers et continuer à assurer la partie commerciale.

COUP DE THÉÂTRE : De nouveaux enjeux à relever avec l’annonce du Gouvernement d’interdire le gaz dans la RE 2020

Malgré un contexte pesant et complexe au cours de l’année écoulée, la filière du chauffage au granulé de bois semble avoir tiré son épingle du jeu et limité la casse.

Des questions subsistent pour le début 2021 mais l’annonce inattendue de la Ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, vient renforcer la confiance de la filière puisque la RE 2020 va entériner "la disparition progressive des logements neufs chauffés au gaz" dès l’été 2021. Le bois a un rôle crucial à jouer dans la transition écologique ; que ce soit dans le secteur domestique ou le collectif.

L’année qui s’annonce offre d’inédites perspectives et les professionnels de la filière sont activement mobilisés pour relever les nouveaux défis.

(Voir article : « RE 2020, le gouvernement passe un cap fait une révolution : interdire progressivement le gaz pour le remplacer par les EnR »)

Propellet

Propellet France est l'association nationale du chauffage au granulé de bois.