Le granulé, L'énergie qui n’a rien à cacher

L'association nationale des professionnels du chauffage au granulé de bois

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par email

RE 2020, double enjeu pour le granulé

Le bois prend une vraie place dans la nouvelle réglementation environnementale des Bâtiments : RE 2020. La RE 2020 applicable depuis le 1er janvier 2022 privilégie les énergies décarbonées via un indicateur qui incitera l’utilisation de la chaleur renouvelable et de récupération (bois, réseau de chaleur), ou de production des ENR, et par la même contraindre à limiter le recours aux autres sources d’énergie (gaz, fioul, effet joule…).  En outre, le recours au bois dans la construction neuve va augmenter les co-produits du bois générés lors de la fabrication des produits bois pour la construction. Les producteurs de granulé devraient voir le volume de matière première augmenter.

Favorable aux énergies décarbonées

La RE 2020 aura un fort impact sur toutes les filières énergétiques. Applicable au résidentiel individuel et collectif depuis le 1er janvier 2022, le texte de la RE 2020 est aussi actif sur les chantiers neufs de bureaux et locaux scolaires dont les permis de construire ont été déposés après le 1er juillet 2022.

Ce texte vise à diminuer les besoins d’énergie des bâtiments de 30 %, et encourage les énergies renouvelables. Ce qui est exprimé par une limitation de consommation d’énergie non renouvelable : gaz, électricité, fioul… Tout ce qui est renouvelable (poêles ou chaudières au granulé – ou récupéré), les réseaux de chaleur, sous réserve de leur classement EnR – comptera pour “ 0 ” dans le calcul des consommations d’énergie primaire dit Cep.

En outre, la création de l’indicateur d’émissions de gaz à effet de serre écarte l’énergie gaz en maison individuelle, sauf en appoint ; en collectif, ce sera en 2025.

Autre nouvelle encourageante pour l’énergie bois : la RE 2020 introduit un indicateur de carbone des seules énergies, dit IC énergie, exprimé en kg eq CO2/m². Ce pour souligner que l’on veut favoriser les énergies décarbonées.

Les énergies bois affichent les plus faibles niveaux d’émission de CO2 : 10 fois moins que le gaz et 3 fois moins que l’électricité… Cet indicateur carbone sur les énergies s’ajoute à celui sur les émissions de gaz à effet de serre des matériaux et équipements utilisés dans un bâtiment.

L’enjeu du matériaux bois = un gisement pour les producteurs de granulé de bois

La RE 2020 favorisera les matériaux qui émettront peu de gaz à effet de serre tout au long de leurs cycles de vie, c’est-à-dire sur le chantier et sur 50 années d’exploitation. Le bois, comme beaucoup de matériaux biosourcés, entre dans cette nomenclature.

Opportunément, qui dit accroissement du bois pour les structures, dit aussi augmentation de la production des co-produits de sciage. Les producteurs de granulés devraient indirectement bénéficier de ces nouvelles dispositions.

Points de vigilance : les fiches de calcul

Un point de vigilance pour les industriels du chauffage : ce calcul précis des émissions de gaz à effet de serre relatives aux équipements impose la rédaction de fiches de profil environnemental des produits (PEP). Elles seront intégrées dans la base Inies (inies.fr) après validation.

Même si elle est lourde et coûteuse, cette procédure paraît incontournable pour les fabricants de chaudières et de poêles, au risque de voir les calculs réglementaires prendre en compte des données par défaut, définies par l’administration et généralement pénalisantes.

Ces informations sont consultables par tous les intervenants : BET, installateurs... Des fiches génériques pour les poêles à bois ont été réalisées par quelques fournisseurs ainsi que par le Syndicat des énergies renouvelables ; une fiche sur les chaudières collectives à granulés a été rédigée par Uniclima. En attendant des fiches spécifiques par produit.

Propellet

Propellet France est l'association nationale du chauffage au granulé de bois.